FORMER
STIMULER
IMPLIQUER

LES JEUNES AGRICULTEURS

CYFF_logo-glow
À PROPOS DE LA TPRA

La Table pancanadienne de la relève agricole (TPRA)

Fondé en 1997, le but de la TPRA est d’aider les jeunes agriculteurs en leur procurant de l’information tout en leur permettant d’échanger des idées menant à des stratégies novatrices pour assurer le succès de l’agriculture Canadienne. Grâce au travail en réseau avec de jeunes agriculteurs – comme vous – le but de notre organisation est de procurer de l’éducation, de l’entraînement au leadership et du renforcement des capacités aux jeunes producteurs agricoles du Canada. 

Grâce aux conférenciers de la TPRA et à ses ateliers novateurs, notre but est d’augmenter les connaissances de tous les participants en ce qui concerne l’industrie agricole et de fournir des outils efficaces pour aider les jeunes agriculteurs à faire une gestion fructueuse de leur exploitation. Par le développement des structures, aussi bien nationales que provinciales, les talents de leadership des participants sont accrus et les préparent à jouer un rôle plus actif en agriculture et dans les organisations rurales.

Du fait des occasions accrues d’établir des dialogues, de nouer des contacts et de planifier des actions entre les participants, les organisations et les intervenants de l’industrie, il résultera des programmes et des politiques plus efficaces dans l’ensemble du pays. L’industrie bénéficiera également de la création d’un bassin de futurs dirigeants très qualifiés – comme vous- au courant des problèmes de l’agriculture Canadienne et qui s’engagent à développer des solutions communes et créatives.

LES ACTIVITÉS ACTUELLES

Révision des activités du mois

Carolyn Wilson, membre du CA de la TPRA

Où peut-on trouver de délicieux steaks grillés, du rap libre et de nombreux jeunes agriculteurs enthousiastes? Le congrès de la TPRA à Toronto!

On a eu deux jours et demi plein de présentations qui ont suscité des discussions sur le risque, la gestion du risque et les nouvelles approches de la réflexion sur la rentabilité des entreprises agricoles. Samedi soir, Darby Allen parlait sur son expérience incroyable en tant que chef des pompiers lors du feu de forêt de Fort McMurray. Son message sur le travail d’équipe et le sacrifice était très touchant et inspirant. Il a vraiment montré à quel point des objectifs presque impossibles pouvaient être atteints.

Mais pour moi, le point culminant de la conférence a été les visites virtuelles aux fermes. Entendre la passion dans les voix de chacun des agriculteurs qui discutaient de leurs opérations – de l’élevage du porc au Yukon à un petit boucher qui fait de grandes vagues à Terre-Neuve en perpétuant les traditions familiales, aussi bien que de nombreux producteurs laitiers, producteurs de cultures et producteurs de bovins. Cela m’a montré la résilience et l’ingéniosité des jeunes agriculteurs à trouver de nouveaux marchés et de nouvelles occasions d’accroître leur rentabilité. Cela m’a donné des idées à reprendre dans mes propres activités et à mettre en oeuvre au cours des prochains mois.

Veronica Vermeulen, membre du CA de la TPRA

J’ai eu la chance d’assister au congrès «Fusion» à Milwaukee avec Paul Glenn de la TPRA, ainsi qu’avec Kim et Carly d’AAC. Le congrès s’est déroulé dans un grand centre-ville et a attiré un grand nombre de participants – plus de 1 000 personnes! La première personne que j’ai rencontrée était Russ Kohler, un jeune producteur laitier novateur de l’Utah qui a été président sortant d’American Young Farmers & Ranchers. Paul, Carly, Kim et moi-même avons monté un stand commercial canadien-américain et nous avons eu de nombreuses conversations utiles avec tous ceux qui se sont arrêtés pour parler de la force de notre partenariat commercial. J’ai moi-même appris beaucoup de choses, surtout sur l’interconnexion de nos systèmes agricoles et sur la façon dont nous comptons les uns sur les autres. Tout au long de la fin de semaine, il y a eu d’incroyables conférenciers, notamment Jim Morris et Redmond Ramos. Jim Morris a parlé de la valeur du travail acharné et de l’humilité. Redmond Ramos a parlé de surmonter les épreuves et du fait qu’il n’y a pas de force à être la victime. J’ai assisté à des séances en petits groupes sur le lobbying, les discussions avec les consommateurs et mon préféré : faire voler des drones! Le divertissement du samedi soir a eu lieu au musée d’Harley Davidson, où il y avait deux niveaux de divertissement créant l’environnement parfait pour rencontrer des autres jeunes agriculteurs. Paul et moi avons eu le plaisir de rencontrer de nouveaux membres du conseil d’administration d’American Young Farmers & Ranchers, notamment Paul, Nick et Kelly. J’ai hâte de les connaître davantage au cours de la prochaine année. Comme toujours, nous sommes heureux d’y assister et d’en apprendre davantage sur l’excellent travail que nos voisins américains font chaque jour. Le congrès de l’an prochain aura lieu à Louisville, au Kentucky – je ne peux pas l’attendre!

Rodney Reid, Vice-président de la TPRA

Quelle belle expérience de participer à la journée de lobbying et à la réunion trimestrielle de la Fédération canadienne de l’agriculture (FCA) à Ottawa. L’événement a débuté par une journée de formation qui comprenait de la formation sur les médias, le lancement de l’initiative non partisane, Produire la prospérité au Canada. Mon équipe, avec Todd Lewis et un membre du personnel de la FCA, a rencontré la sénatrice Diane Griffin, Francis Drouin, Robert (Bob) Nault, Ed Fast et Ralph Goodale. Plus de 50 réunions ont eu lieu avec des députés et des sénateurs. La campagne Produire la prospérité au Canada met l’accent sur les avantages de l’industrie agroalimentaire nationale et met en lumière ses forces, notamment la croissance économique, la sécurité alimentaire et la gérance de l’environnement. Les députés et les sénateurs ont participé à la conversation sur l’agriculture et ont appuyé la campagne, avec de nombreuses questions et faits saillants qui ont mis en évidence la force de l’industrie agroalimentaire au Canada et le potentiel de croissance continue. Merci à tous les députés et sénateurs d’avoir pris le temps de rencontrer les représentants de l’agriculture et de s’engager à appuyer les industries agroalimentaires du Canada pour qu’elles croissent et prospèrent, dans l’intérêt de tous les Canadiens. Merci également au conseil et au personnel de la FCA d’appuyer la TPRA et de mobiliser les jeunes agriculteurs. Pour en apprendre davantage sur la campagne Produire la prospérité au Canada, veuillez consulter : produirelaprosperitecanada.ca

Carolyn Wilson, membre du CA de la TPRA

Le 23 avril, j’ai été invité, au nom des jeunes agriculteurs du Nouveau-Brunswick, à participer à une table ronde avec l’honorable Marie-Claude Bibeau, ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire. L’événement a été animé par l’Alliance agricole du Nouveau-Brunswick et des représentants des principaux groupes de produits étaient présents, y compris le Conseil des grains de l’Atlantique, les producteurs de légumes, les producteurs laitiers et de bœuf, les producteurs de porc, les producteurs d’œufs, et les producteurs de bleuets. Pat Finnigan, député de Miramichi-Grand Lake, était également présent.

Au cours de cette table ronde, j’ai parlé des défis auxquels font face les jeunes agriculteurs et des solutions possibles. J’ai donné un peu de contexte au ministre sur l’état actuel de l’agriculture dans notre province, selon le Recensement de 2016 – le Nouveau-Brunswick est la province qui a déclaré la plus forte diminution en pourcentage de la superficie agricole totale de toutes les provinces du Canada. De plus, entre 2011 et 2016 le nombre total de fermes au Nouveau-Brunswick a réduit presque 14 %. J’ai souligné un certain nombre de défis auxquels font face les jeunes agriculteurs, notamment le manque de main-d’œuvre, le manque d’accès à la terre, les répercussions des changements climatiques et les difficultés à obtenir la confiance du public. J’ai ensuite longuement discuté du plus grand obstacle qui empêche les jeunes Néo-Brunswickois de « creuser » dans l’agriculture : le risque.

« Le plus grand défi est notre sentiment d’incertitude quant à l’avenir de l’agriculture canadienne. Nos jeunes producteurs laitiers sont préoccupés par la gestion de l’offre et l’avenir du système de quotas. Comment les jeunes agriculteurs peuvent-ils se permettre de payer pour l’exploitation laitière d’un million de dollars de leur père alors qu’ils se sentent menacés de la perdre complètement? Où est la stabilité dans laquelle les jeunes peuvent investir avec confiance? Nous avons aussi le risque de conditions météorologiques extrêmes, comme le gel et les inondations. Avons-nous des programmes d’assurance-récolte qui aident les jeunes agriculteurs à rester à flot? Ou lorsque les dommages sont élevés, les programmes ne sont-ils pas en mesure de donner aux agriculteurs l’argent dont ils ont besoin? La liste est longue. Un très grand nombre de jeunes agriculteurs de la province travaillent à temps plein à l’extérieur de la ferme pour joindre les deux bouts et rembourser leurs dettes. Comment pouvons-nous atténuer les risques pour nos jeunes agriculteurs? »

J’ai fini mon discours en proposant des solutions possibles, notamment 1) la mise en oeuvre de programmes d’assurance-emploi semblables à ceux qui sont en place pour les pêcheurs autonomes; 2) offrir des programmes d’assurance des cultures et des terres agricoles qui offrent une indemnisation adéquate aux jeunes agriculteurs pendant les premières années de leur exploitation; 3) assurer un marché pour les produits cultivés au Nouveau-Brunswick dans les établissements publics comme les écoles et les hôpitaux; et 4) offrir plus de formation technique et de gestion des risques aux jeunes agriculteurs par l’entremise d’organisations comme la NBYFF et la TPRA.

Beaucoup d’autres producteurs ont répété mes arguments pendant la discussion. Parmi les autres questions mentionnées: les défis liés à la nouvelle réglementation sur le transport du bétail, le manque de possibilités de formation pour les agriculteurs et les entreprises, le manque de conseils professionnels et techniques, la nécessité pour le Canada d’explorer de nouveaux marchés pour nos produits (moins dépendant des marchés uniques) et manque d’assurance des prix dans l’industrie bovine – pour ne citer que ceux-là. L’honorable Marie-Claude Bideau a écouté attentivement chacun des agriculteurs. Elle conclut la table ronde en soulignant certains des fonds du budget fédéral consacrés à l’agriculture, y compris un accent sur la promotion des produits alimentaires canadiens dans le but de développer une grande fierté pour les produits canadiens.

réservez la date

Congrès national de la TPRA pour de jeunes agriculteurs
le 6 au 8 mars 2020

Allons à charlottetown !

Restez à l’écoute pour en savoir plus du Congrès de l’année prochaine.

2020-conf-logo

Nos efforts

L’éducation formelle, ainsi que son prolongement par l’apprentissage et l’éducation permanente est essentielle pour que les jeunes agriculteurs demeurent efficaces, productifs et qu’ils travaillent en fonction de l’avenir. Programmes incitatifs d’assistance à l’éducation destinés à renouveler l’industrie agricole grâce aux efforts des jeunes agriculteurs.

Le soutien public à l’industrie agricole est essentiel à la prospérité à long terme des producteurs alimentaires Canadiens. Les jeunes agriculteurs reconnaissent le rôle important que cette sensibilisation aux problèmes agricoles joue dans leur réussite future.

La TPRA est l’organisation nationale affiliée aux organisations provinciales et territoriales.  Les jeunes agriculteurs de partout au Canada ont l’occasion de forger des liens avec leurs camarades au niveau provincial par les associations provinciales indépendantes ou par la participation au congrès national de la TPRA où des jeunes agriculteurs de chaque province rassemblent à l’événement annuel pour nouer des contacts, apprendre et contribuer au développement des programmes agricoles.

FYN-FR-logo-plain-white

On a annoncé de bonnes nouvelles à propos du programme de la TPRA «CULTIVEZ VOS COMPTES, PRÉSENTÉ PAR RBC®» au Congrès 2019 de la TPRA! Un jeune agriculteur de chaque province peut GAGNER UNE PLACE dans le programme, qui comprend un voyage payé au Congrès 2020 à Charlottetown, grâce au soutien de RBC!

® Marque de commerce de la Banque Royale du Canada.